Thèmes en vrac
Crue actualité
Thèmes en vrac
 
- Dieu :
D'au-delà du décor
Comme l'enfant qui s'amuse
Il nous guide vers la mort
Dans une vie qui nous use.
같같같같같같같같같같같같같같같같같같같같
~ Elle dansait ~

Un matin
Dans la brume
Au soleil
Elle dansait

Des patins
Comme des plumes
Au soleil
Elle dansait

Et l'hiver s'était caché
Derrière les chênes de la forêt
Et les oiseaux chantaient

En robe blanche
Au soleil
Elle dansait

Sous les branches
Au soleil
Elle dansait

Et la glace pleurait
De ne pouvoir l'admirer
Sans l'hiver à ses ctés

Toute blanche
Sur mon rêve
Elle dansait
______________________________

~ Papy, les moutons blancs...~

Dis-moi, Papy
Le jour où tu t'en vas
Dis-moi Papy
Tu m'fais signe de là-bas

Tu m'diras, Papy

Si les moutons blancs
Qui passent dans le ciel
Vont dormir sous les bancs
De la grande chapelle

A tous ces chevaux
Que le vent entrane
Dis-leur qu'ils sont beaux
Dis-leur que j'les aime

Mais où vont-ils boire
A quelle fontaine
Moi j'voudrais les voir
Lorsqu'ils se déchanent

Et puis si là-bas
Même les chiens ont des ailes
Si les cons n'y sont pas
Oh ! Papy, tu m'appelles

Mais t'es parti, Papy
Et t'as rien dit, Papy

Et maintenant qui va me dire
Où les moutons blancs s'en vont dormir....
______________________________

~ Montréal ou Venise ~

Pourquoi tu te fatigues les yeux
Pleurer ça ne rend pas heureux
Regarde un peu vers les cieux
Tu vois bien qu'le monde est bleu
Alors fais ta valise
Et si t'as donné ta chemise
Mets juste un peu de terre grise
Tes sens que le malheur aiguise
Te guideront demain
Tu choisiras ton chemin
Tu changeras ton destin
Tu vivras de nouveaux matins
Et tu cueilleras les raisins
Des vendanges du chagrin
A Montréal ou à Venise
Au grand bal tu croises des yeux
______________________________

~ Passé éternel ~

Pleins phares
Sur ma mémoire
Des yeux noirs...
Un pays d'aquarelle
Je me rappelle...
A des années arrière
Un sourire lumière
Comme si c'était hier

Quand reviennent les hirondelles
Je pense à d'autres printemps
Où les couleurs étaient pastel
Où la douceur était au vent

Jolie passagère de ma mémoire
Tu t'enfuis dans la nuit noire
Tu es restée au mois de Mai
De je ne sais plus quelle année
Tu m'as laissé un parfum féerique
Tu as été mon Amérique

["Les jolies dances sont rares
On l'apprend plus tard...."
J.J Goldman ]
______________________________

~ Le Soleil passe ~

La brise qui m'appelle
Le long de la rivière
Promène l'hirondelle
Et fait frémir le lierre

Sous cet immense bleu
Si rien ne me réveille
Je pourrais bien croire en Dieu
Comme je crois en ce soleil

Mais la brise me rappelle
Que le temps passe pas à pas
Et que l'entrée du tunnel
S'approche et me regarde déjà

Aujourd'hui est le premier
Des jours qu'il me reste à vivre
Je veux marcher jusqu'au dernier
Sur la route que j'aime suivre
______________________________

~ La course des nuages ~

Tout seul à regarder
La course des nuages
J'arrive à oublier
Les traits de son visage

Je suis le passager
Qu'abandonne le navire
Sans personne à aimer
Sans personne à har

Trop de nuits à rêver
Que le matin déchire
Le soleil vient se lever
Sur la mer des souvenirs

C'est le monde entier
Que j'ai pour point de mire
Sans personne à aimer
Sans personne je me tire

Je poursuis mon voyage
Sur les ailes du vent
Je paye mon passage
Personne ne m'attend

Jusqu'à ce marécage
Où je rame en m'enlisant
Il y a dans les parages
Trop de boue pour des vivants

A.V. - A4V

- L'homme :
Porté par ce pas
Qu'impose le désir
Il avance vers l'endroit
Où il s'en va gésir.
같같같같같같같같같같같같같같같같같같같같
~ L'Htel de la Belle toile ~

Un soleil incendie
Dans un ciel presque vert
Qui se mirent dans l'eau
De longues plages-déserts
Entre l'eau et l'eau
Ou si peu de terre
De grands souffles chauds
Qui courent dans les dunes
Et courbent les joncs
Bruissants sous la lune
Douce chanson
Douce maison
Un htel mille étoiles
Un lit de sable chaud
La mer qui se voile
Et sur un jour nouveau
Le soleil qui se lève
Fait crier les oiseaux
Et on marche sur la grève
Où les vagues se sont posées
Parmi les coquillages
En parure de rivage
Pour un matin d'été
Mais je poursuis mon voyage
Et je trane dans mon sillage
Comme un parfum d'éternité
Le souvenir de la Camargue
Car c'est de la Camargue
Que j'ai voulu parler
______________________________

~ Aux portes de l'Hiver ~

L'automne a pris des cheveux blancs
Il va mourir avant longtemps
Et l'hermine
Qui devine
Attend la neige
Qui la protège
Aux portes de l'hiver
La fourmi a fait sa moisson
Elles sont mortes hier
Les cigales et leurs chansons
Et l'écureuil
Vient sur seuil
De sa maison
Voir les flocons
Du parfum du chèvrefeuille
Et des couleurs du beau temps
Les corbeaux portent le deuil
En bannière au fil du vent
Et je m'attarde
Et je regarde
Blanchir la plaine et puis les bois
Et la neige sur mes pas
Qui s'effacent déjà
______________________________

~ Les matins chauds ~

Si elle était un peu amoureuse
J'sais pas, j'sais pas
Elle ne sera jamais heureuse
J'crois pas, j'crois pas

Il y avait dans son sillage
Cet horizon nouveau :
On devait être trois

Et tant de belles images
De matins chauds
Quand il fait froid

Et puis ce fut l'orage
Et les jours beaux
S'arrêtèrent là

Il n'y avait pourtant pas de nuage
Quand c'est trop beau
Ca ne dure pas

Aujourd'hui je n'ai pas de cage
Je bois à tous les ruisseaux
Je marche sur tous les rivages
Et je m'envole comme les oiseaux

Comme les oiseaux sauvages
Non je n'ai plus de cage
Mais les barreaux sont restés là
Je suis passé du cté froid
______________________________

~ Denise ~

Assise
Sur le palier de sa cour
Denise rêve d'un amour
Denise....
Un amour total
Sans détour et sans voile
Denise....
Les yeux perdus dans l'eau grise
Elle rêve de Venise
Denise....
Sur le pont de la Tamise
Si jamais tu vois Denise
Je voudrais que tu lui dises....
Venise.....
C'est comme ailleurs
L'eau est grise
Et on y pleure
Denise....
Le bonheur
C'est dans ton coeur
Le ciel bleu
C'est dans tes yeux
______________________________

~ Instants de printemps ~

Les nuages passent les montagnes
Leurs ombres courent sur la campagne
Et les chemins qui me promènent
Prennent leur temps ou se déchanent
Comme les rivières de la Limagne
Ou les torrents de la montagne

L'hirondelle au vent d'Avril
Est venue jusqu'à son fil
Et le parfum de l'aubépine
Qui m'entrane sur la colline
Me dit que c'est une le
Pour un naufragé de la ville

Je voudrais boire tout l'air
Je voudrais manger la terre
Mais je suis un voyageur
Et je sais qu'on m'attend ailleurs
Quelque part sur la planète
Pour un printemps ou une fête
______________________________

~ Là-bas ~

Les grands pins noirs
Se balancent au vent d'hiver
Et moi je suis là
Et ce miroir
Me parle d'hier
Et je suis là....
Les arbres bougent à peine
Dans le silence du soleil
Que je me souvienne
Et que je me réveille
Mais je suis là
Je suis là....
Là-bas....
L'écho de ta voix
Qui résonne dans les rochers
Le bruit de ton pas
La montagne les a gardés
La neige et les années
N'ont pas pu tout effacer
Pas plus que la pluie
Pas plus que l'ennui
N'ont chassé de ma mémoire
L'image folle de certains soirs
______________________________
>> Réponse à une question récurrente : la "bestiole" est un fennec (image page d'acc.)


Mars 2003